Forte baisse de la consommation d'eau en bouteille en France

Selon l’institut ACNielsen, après une année 2007 peu brillante, la consommation d’eau en bouteille a reculé globalement, en volume, de 7,3% en 2008.

Le détail de la baisse 2008 par rapport à 2007 s’établit ainsi :

  • La plus forte baisse est celle des eaux aromatisées -22,1%
  • Eaux plates minérales et de sources -7,8%
  • Seules les eaux gazeuses résistent avec une baisse de 1,6% seulement

Le marché de l’eau en bouteille, vanté par un matraquage publicitaire plus ou moins médical et scientifique, a bénéficié de l’envie du consommateur, d’un retour aux sources, au gout et au naturel, en vogue depuis les années 90.

Les spécialistes du marketing et les publicitaires des grands groupes agroalimentaires ont habilement profité des craintes de la population vis-à-vis de l’eau de ville. Il est vrai que différents scandales locaux sur l’eau du robinet ont conforté le grand public dans cette idée de "pureté naturelle en bouteille".

Prise de conscience écologique et eau en bouteille

Le déclin de eaux de sources ou minérales en bouteille semble correspondre à une tendance durable. En effet, depuis quelques années les emballages et conditionnements perdus de toute nature, particulièrement les bouteille plastiques1 à base de pétrole, sont de plus en plus décriés par le consommateur. Une vague écologique sur laquelle, surfent maintenant la grande distribution (hypermarchés et supermarchés), par exemple avec la suppression des sacs plastiques de caisse.

Les média, politiques et mouvement associatifs écologistes rappellent sans cesse la nécessité de faire des économies d’énergie en raison notamment du réchauffement climatique et de la rareté future des énergies fossiles et des matières premières.

Malgré tout, pour tenter d’enrayer le déclin du marché de la bouteille d'eau, ces dernières années, les groupes agro-alimentaire ont ajouté des aromes, multiplié les packagings de plus en plus chers ou compliqués et rivalisés de spots publicitaires sur la santé et le bien-être.

Communication sur la qualité de l’eau du robinet

En parallèle les pouvoirs publiques et agences de l’eau communiquent de plus en plus sur la qualité, le gout  et la surveillance draconienne de l’eau du robinet, qui à les écouter est « le produit le plus contrôlés de France par les autorités sanitaires ». Une sorte de retour de balancier de la communication…

Tout ceci a été renforcé en 2008 par l’explosion du prix du baril de pétrole, l’envolée du prix de l’essence, des couts de transport et pour finir la baisse de pouvoir d’achat. Depuis juillet 2008, la crise économique mondiale et la récession accélère fortement la chute de consommation et d’achat d’eaux en bouteille.

L’eau du robinet est en moyenne 200 fois moins chère au litre que l’eau en bouteille, dont le prix est essentiellement du marketing, de la publicité, de l’emballage et du transport.

L’ADEME, Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, précise que les 5 milliards de bouteilles d’eau consommées, en France en 2003, ont donné plus de 170.000 tonnes d’emballages plastique dont une partie seulement est recyclable et recyclée (Communiqué ADEME France 2007). De plus, il est aussi bon de rappeler que le recyclage coute très cher aux collectivités et donc à chaque habitant, en pure perte, puisque une alternative de qualité existe. Un gaspillage que l’on pourrait éviter.

Boire ou polluer, une simple question de goût...

Selon un article paru dans le New York Times, en comptant le transport et l’emballage, une bouteille d'eau minérale ou de source coute un quart de son volume en pétrole brûlé, soit au final environ 1 kg de CO2 rejeté dans l’atmosphère, ce qui est une pollution et une contribution inutile au changement climatique.

... L'eau en bouteille, une simple question de goût ?

Alors boire ou "bien se conduire", il faut choisir !
Heureusement, en France nous n'avons pas que de l'eau... 

* * *

  1. Les bouteilles en plastique sont en polyéthylène téréphtalate (PET), un dérivé du pétrole brut, qui en brulant dégage du CO2 et des polluants toxique pour l’air et la terre (dans les cendres).

Documents et liens...